CURIEUX DU MONDE

L'étranger est un ami que l'on n'a pas encore rencontré.

25 mai 2017
par admin
1 Commentaire

Un étonnant week-end à Tokyo.

IMG_1274

Tokyo est certes la mégalopole moderne, vibrante d’activités professionnelles et commerciales à toute heure du jour et de la nuit, dont nous avons tous l’image en tête.

Elle nous a cependant révélé d’autres facettes moins conformes aux stéréotypes que l’on lui associe généralement.

En ce 3eme week-end de Mai se déroule le grand festival annuel du temple shintoïste Senso-ji.

DSC01155   DSCF3195

Les habitants des environs troquent alors leurs costumes de bureau pour la tenue traditionnelle,

DSCF3179 (2)

perdent leur attitude courtoise et réservée, et se bousculent allègrement afin d’avoir l’honneur de porter en procession le palanquin / mikoshi représentatif de leur quartier.

DSCF3185   DSCF3104

Leurs ferveur et enthousiasme contrastent nettement avec l’image pondérée que l’on associe habituellement avec les Japonais!

DSCF3193   DSC01178

C’est l’occasion d’un passage de témoin de ces traditions entre les générations avec les ados et les plus petits.

Autre surprise, ce week-end festif est également le seul jour de l’année au cours duquel les Yakuzas sont autorisés à arborer en public leurs impressionnants tatouages, qui attestent de leur appartenance à ces clans du crime organisé.

DSCF3211  DSCF3214 (2)

Au coeur de Tokyo, des gratte-ciel mais aussi d’immenses parcs magnifiques,

DSCF3219

Où l’on se retrouve pour faire du yoga,

DSCF3227

Et passer l’après-midi entre amis sous les arbres centenaires.

DSCF3245   DSCF3225

Plus loin une musique de rock bien classique nous intrigue.  Bien loin de Memphis, des adeptes du Rockabilly se retrouvent, banane gominée,

DSCF3274 (2)

blouson de jean et bottes pointues,

DSCF3272

pour des chorégraphies acrobatiques dont le King (Elvis) serait fier!

DSCF3339   DSCF3374 (2)

Mieux connu mais toujours étonnant, le Sumo!

Les meilleurs lutteurs se retrouvent au cours de 6 tournois de 15 jours, chaque année. Celui du mois de Mai se déroule à Tokyo.  Nous y étions bien sûr, et en bonne compagnie !

DSCF3398

IMG_1284   DSCF3394 (2)

Le stade aux symboles shintoïstes nous rappelant les origines religieuses du Sumo se remplit au cours de l’après-midi,

DSCF3405

Jusqu’à l’entrée en compétition des champions vers 15:30,

DSCF3564   DSCF3475

Et ensuite une vingtaine de combats mémorables!

DSCF3570   DSCF3417

DSCF3454  DSCF3455

DSCF3456

C’est sur ce point d’orgue que se termine notre superbe périple au pays du soleil levant qui nous a complètement ravis, passionnés, intrigués et régalés!

 

 

21 mai 2017
par admin
1 Commentaire

Les samouraïs sont toujours là!

Matsumoto   DSCF3024

L’Empire du Soleil Levant est toujours d’actualité, certes avec sa famille impériale et son protocole traditionnel très strict, mais surtout avec l’omniprésence de la culture féodale dans le Japon actuel.

Les films et fictions de télévision font la part belle aux histoires de samouraïs,

DSC00747   DSCF3037

DSC00750   DSC00745

Les meilleures photos de mariage sont en tenues shintoïstes,

DSCF2784   DSC01124

Avec même parfois un coach pour adopter la bonne posture en kimono traditionnel!

DSCF2800

Les samouraïs et leurs tenues extravagantes trônent dans les musées,

DSC00728   DSC00730

DSCF2961   DSCF2963

Leurs châteaux dominent les villes,

Himeji2   Matsuyama

 

Matsue   Himeji

Parfois attaqués par une touriste intrépide,

DSCF2782   DSC00717

Mais bien défendus par un vaillant samouraï vesigondin!

IMG_1049

15 mai 2017
par admin
5 Commentaires

Le paradis lointain des îles Oki.

DSC00837

En préparant ce voyage l’hiver dernier, nous sommes allés voir « Le Cœur Régulier », beau film avec Isabelle Carré se déroulant au Japon.

IMG_2582
Et là, dans cette petite salle d’art et d’essais de St Germain des prés, nous tombons sous le charme de paysages sauvages d’îles isolées. Intrigués, nous scrutons l’intégralité du générique final pour tenter de les identifier. La longue liste des techniciens et autres producteurs descend lentement et soudain apparaît: « Remerciements à l’office du tourisme des îles Oki ».

Les îles Oki ???
Rarement mentionné dans les guides, nous recherchons et identifions alors cet archipel magnifique, classé GéoParc Naturel par l’UNESCO, au large de Honshu, en direction de la Corée.

DSC00814   DSC00793

La corne de brume du grand ferry annonce le départ,

DSC00753

Et les 3 heures de traversées passent vite, allongés sur les tatamis qui remplacent avantageusement tous les fauteuils ou couchettes.

Tout le monde s’installe confortablement et dodo!

DSCF2990

Sur place nous découvrons des côtes verdoyantes,

IMG_0913   DSC00800

Un paradis pour les animaux en liberté,

DSC00835

Et notamment, sur les falaises, les superbes chevaux sauvages,

DSC00770   DSC00781

Bonheur intégral de déjeuner sur l’herbe avec eux!

DSC00789   DSC00787

La vie sur ces îles est douce et sereine,

DSC00805  DSC00807

Et même les côtes les plus escarpées nous transmettent un message d’amour!

DSC00767   IMG_0878

9 mai 2017
par admin
3 Commentaires

Au Japon, l’important c’est la pivoine!

DSCF2900

Les fleurs constituent ici un sujet d’intérêt constant; en bouquet élaboré, sur les tables et dans le moindre des jardins.

Mais, dans cet empire, nulle rose en majesté car la reine des fleurs est, sans conteste, la pivoine!

DSCF2848   DSCF2853

Aux jardins de Yuushien, proches de Matsue, en cette « Golden week » de vacances de printemps, la pivoine est particulièrement à l’honneur lors d’un festival qui lui est consacré.

DSCF2855  DSCF2858

Des milliers de fleurs ont été disposées sur les plans d’eau et au pied des arbres: un véritable enchantement!

DSCF2874   DSCF2873

Les fleurs sont ensuite présentées devant les reproductions de tableaux classiques où elles étaient déjà mises en valeur.

DSC00674

Vient enfin le concours au cours duquel chacun vote pour sa fleur préférée.

Et laquelle obtiendra votre suffrage?

DSC00670   DSCF2885

DSCF2877   DSCF2887   DSC00672

9 mai 2017
par admin
0 Commentaires

Dans les pas des Henro San.

DSC00618

Évoquer l’île de Shikoku, c’est immédiatement l’associer à l’un des plus fameux pèlerinages du Japon.
88 temples , reliés en boucle, y ont été édifiés par les disciples de la secte bouddhiste Shingon, fondée par le très vénéré Kukai, aussi appelé Kodo Daishi.

Des milliers de pèlerins, les Henro San, venant parfois de Koya San ( où nous avions commencé notre voyage), suivent fidèlement ce parcours de 1200 kms autour de l’île.

Les Henro San sont facilement reconnaissables à leurs habits blancs, leur grand chapeau pointu en paille, leur rosaire, leur clochette de cuivre, leur écharpe et bien-sur leur grand bâton de pèlerin.

DSC00617
Comme nous l’avions évoqué, la croyance de la secte bouddhiste shingon encourage les bonnes actions et les pensées pures dans cette vie pour permettre à ses fidèles d’accéder éventuellement à l’Eveil en une seule vie et mettre fin au cycle des réincarnations.

DSC00657

Ainsi les pèlerins marchent, en communion avec le Kobo Daishi comme l’indiquent les caractères inscrits sur leur chemise, en osmose avec la nature, les temples, les paysages et les hommes pour se rapprocher de l’état Satori.

Rien à voir avec le bouddhisme mercantile du Grand Véhicule où l’échange argent/faveurs constitue le cœur de la démarche.
Ici les temples sont financés par les dons des pèlerins, avec de grandes différences selon l’emplacement et la popularité du lieu.

DSC00323

Ceux qui sont isolés et sobres.

Prières et recueillement sont l’aboutissement des longues volées d’escalier devant les portes fermées du honden.

DSC00329 (2)

D’autres dérivent vers une pratique ésotérique du bouddhisme comme celui de Matsuyama: Ishite-ji.

Grande mise en scène,

IMG_0819  DSC00591

Pratique superstitieuse de passage dans des anneaux pour ensuite sentir les forces telluriques d’une sphère en granit,

DSC00613   DSC00614

Ou dans des labyrinthes souterrains aux multiples bouddhas et icônes

IMG_0841   DSC00601   IMG_0836

Pour émerger en pleine campagne devant un sorte de mandala en 3D à bulbe doré où est caché un panthéon de dieux aux symboles sexuels…

DSC00604   DSC00607

Chaque arrêt dans les temples est marqué par un rituel immuable de purification et de récitation fervente et répétitive de soutras chantés en chœur:

DSCF2828

telles que:

« Seigneur du grand soleil! Lumière et lotus! Fais tourner la roue de la compassion éternelle pour tous les êtres vivants »

« Que les récompenses pour mes bonnes actions soient transmises à toutes les choses de ce monde et que je puisse, avec tous les êtres vivants, progresser dans la voie de Bouddha. »

DSCF2846

Bien que ce rituel ne s’inscrit pas dans notre culture, nous ressentons cependant, beaucoup de vibrations positives dans l’engagement sincère et la ferveur intense de ces pèlerins.

6 mai 2017
par admin
3 Commentaires

Quand les villageois se transforment en poupées…

DSC00459

Située au centre de l’île préservée de Shikoku, la Vallée d’Iya nous enchante par la beauté de ses paysages aux gorges profondes,

DSCF2668   DSCF2618

aux rivières émeraudes et par la diversité de sa végétation où forêts de bambous se détachent du vert profond des pins de montagnes, eux mêmes traversés par le moutonnement des arbres en fleurs.

DSCF2666   DSCF2616
Bien tristement, nous constatons que les villages y sont pauvres, déserts et les quelques personnes entrevues sont très âgées. Des villages qui se meurent doucement…

DSC00466

Affligé par l’exode rural qui a également frappé son village qui ne compte plus que 40 âmes à peine , Monsieur Tsukimi Ayano décide en 2003 d’y créer et d’y installer des poupées de taille humaine ressemblant aux personnes qui en sont parties afin d’animer le quotidien de ceux qui y vivent encore.

DSC00449

À l’entrée du village, nous avons dépassé une première silhouette sans y prêter attention puis nous nous sommes évidemment rendu compte que toutes ces personnes installées à l’extérieur, dans des positions de la vie quotidienne , en combinaison de travail, en train de prendre le soleil… étaient en fait des poupées.

DSC00457   DSC00471

L’effet est parfois tellement réussi, qu’on s’approche avec circonspection de certaines maisons, craignant du coup de déranger leurs habitants.

DSC00469   DSCF2598

Passé l’amusement, s’installe un certain malaise, surtout quand on embrasse du regard un champ rempli de personnages, pour finalement identifier un seul être humain bien vivant que l’on avait pris pour une poupée!

DSC00458

Une sorte de tristesse s’empare de nous devant la mise en scène de l’arrêt de bus,

DSC00463

sachant qu’il y a bien longtemps que ce village n’est plus desservi par un moyen de transport et que ses habitants abandonnés au milieu de nulle part peuvent eux aussi toujours attendre indéfiniment l’autocar….

Ce qui est le plus touchant, c’est peut être la reconstitution de la maison commune où se jouait du théâtre Kabuki ou au café lorsque les clients choisissaient leur commande…

DSCF2590   DSCF2591

rappels nostalgiques d’une vie sociale rurale et heureuse, fantomatique désormais.

Soyons positifs, Monsieur Ayano a réussi son projet car les habitants de Kakashi No Sato vivent maintenant parmi plus de 350 poupées et grâce à cette originalité, ils reçoivent ainsi quelques promeneurs qui ne seraient jamais venus.

DSC00484

Mais attention à la métamorphose, il paraît que certains visiteurs se sont transformés en poupée !

1 mai 2017
par admin
2 Commentaires

Awa Ningyô Joruri: 4 siècles de marionnettes!

DSCF2353

Au Japon existe depuis le début du 17ème siècle, une longue tradition folklorique de théâtre de grandes marionnettes, le Bunraku.

Alors qu’à Osaka et à Kyoto, les troupes de marionnettistes se produisaient dans des théâtres bien éclairés, avec de riches décors et de nombreux panneaux coulissants, les petites troupes de l’île de Shikoku étaient parfois réduites à des couples ambulants qui montaient leurs spectacles dans des villages perdus, sur des estrades éclairées par quelques lanternes.

Aussi, l’art folklorique du Bunraku prit une inflexion particulière sur l’île de Shikoku, très apprécié dans la région de l’Awa.

Tout en conservant les fondamentaux du Bunraku : narration dramatique jouée par de grandes poupées articulées, accompagnée par la voix mélodieuse d’un récitant sur fond de musique de shamisen ( sorte de guitare à 3 cordes), la nécessité de s’adapter aux contingences de l’île a engendré des spécificités qui a crée un nouveau Théâtre appelé Awa Ningyo Joruri.

DSCF2334   IMG_2571

En effet, pour compenser le manque de luminosité des scènes rurales et le jeu en exterieur, les marionnettes ont été modifiées en conséquence afin d’accentuer l’emphase des textes qui relataient les malheurs du quotidien des gens du peuple à l’époque Edo , (bien plus dramatiques que ceux de Kyoto avec ses drames amoureux de cours impériales).

DSCF2337 (2)   IMG_2572

Pour mieux etre vues, les têtes sont plus grosses, d’un bois plus léger, laquées pour mieux capter la faible lumière, fixées sur un bâton avec un angle pour qu’elles puissent être secouées plus énergiquement et que les effusions émotives soient plus clairement perçues,

DSCF2342   DSCF2340

elles peuvent fermer leurs yeux, hausser les sourcils, ouvrir la bouche afin d’exprimer le plus de nuances possibles dans leurs expressions.

DSCF2336 (2)

Il y a même le modèle  » Gabu » qui transforme une jolie jeune fille en horrible démon.

DSCF2344 (2)
Et surtout, chacune de ces marionnettes est articulée par trois manipulateurs vêtus entièrement de noir dont on oublie assez rapidement l’existence!

La fierté de Tokushima est de continuer à perpétuer cette tradition de marionnettes articulées en continuant de les fabriquer à l’ancienne et de les réparer pour tout le Japon,

DSCF2338 (2)   DSCF2338 (3)

IMG_2573   DSC00315 (3)
et surtout de produire des représentations de pièces fort connues.

DSCF2348   DSCF2357

Nous nous sommes laissés émerveiller par ce spectacle et cet art de donner vie à des poupées de bois, happés par la grandiloquence du drame, en complet lâcher-prise face à ce condensé de performance et de sensibilité japonaise.

1 mai 2017
par admin
1 Commentaire

Naoshima: ile d’Art

DSCF2530

Quelques jours à peine après les jardins Zen de Kyoto, nous voici immergés dans l’univers architectural de Tadao Ando, le grand architecte japonais contemporain, sur l’île de Naoshima.

Suite à la crise des années 80, le mécène Fukutake Nobuko lui a en effet demandé de transformer cette île de 8 km2 en écrin pour sa collection d’art moderne. Défi considérable car l’île est alors déshéritée avec des activités de pêche en déclin, un exode des populations et quelques décharges industrielles illégales…

DSC00397   DSC00399

Depuis le pont du ferry, dès notre arrivée au port, le ton est donné avec cette sculpture vibrante de couleur qui nous redonne notre âme d’enfant (pas très éloignée il faut bien le reconnaître !)

DSCF2503  DSCF2529

Tout au long de la côte sont disposées des sculptures en pleine nature, comme des surprises ou des évidences.

À quelques coups de pédales de vélo (électrique! ), dans un paysage très méditerranéen, on accède au Chichu Art Museum. C’est un choc.

IMG_2574   IMG_2577

 

On quitte la nature printanière pour pénétrer dans un univers de béton brut enterré, de formes géométriques façonnées par le soleil.

DSC00503      IMG_2579

Ce parcours quasi initiatique nous amène à une grande salle blanche où sont présentées 5 toiles de la série des Nymphéas, de Monet.

IMG_2581IMG_2575

Connaissant l’engouement de celui-ci pour l’art japonais, c’est un bonheur de le voir exposé ici, en majesté.

Une salle entière pour le travail énigmatique de Walter de Maria:

IMG_2580

 

Le travail remarquable sur la lumière et l’espace de James Turrel:

IMG_2578

Un peu plus loin un autre musée-écrin, toujours de Tadao Ando, mais cette fois ci consacré à l’artiste Lee Ufan, grande figure de l’art japonais des années 70.

DSCF2520   DSC00407
Sobriété et rigueur: le parallèle avec les jardins Secs de Kyoto semble une évidence, nous sommes bien en présence d’une expression contemporaine des principes du Zen.

DSCF2514   DSCF2517

Ces lieux apaisent et incitent à la méditation.

Ici et maintenant, le bonheur est là!

27 avril 2017
par admin
0 Commentaires

Les jardins Zen de Kyoto.

DSCF2204

Les fleurs sont omniprésentes en ce printemps à Kyoto, notamment dans les arbres…

DSCF2022

dans le moindre espace libre,

DSCF2133

et même sur le chapeau des élégantes branchées…

DSCF2135

Et pourtant les jardins qui continuent de nous intriguer le plus, encore et toujours, sont bien les jardins Zen ou jardins secs.

Celui de Nanzen-ji:

DSCF2144  DSCF2141

 

Chaque matin, depuis des siècles, les moines ratissent méticuleusement les graviers pour enlever toute feuille ou débris, en reproduisant strictement à l’identique le motif initial.

Celui de Konchi-in, avec son squelette d’arbre hyper graphique:

DSC00194   DSCF2162

de Tofuku-ji, avec ses cercles concentriques qui rappellent l’adage Zen: le plus fort tu jettes une pierre dans l’eau, le plus de vagues tu provoques…

DSC00223   DSCF2203

DSCF2207

Et bien sur un des plus connus, celui de Ryoan-ji, avec ses 15 rochers disposés en 5 groupes, mais que l’on ne peut jamais apercevoir tous d’un seul point de vue…

DSCF2252   DSCF2258

DSCF2261

Cette esthétique austère, inspirée par le Zen, atteint son paroxysme du XIVe au XVI e siècle. Ces jardins ne sont pas conçus pour les plaisirs de la noblesse. Il s’agit d’offrir un refuge, isolé des tumultes extérieurs, et propice à la méditation et au recueillement.
Eh bien, en notre ère du tout, tout de suite et de l’info permanente, ces jardins tiennent parfaitement leur rôle initial: nous sommes subitement transportés ailleurs. Pas d’explication catégorique au positionnement, immuable, des rochers. Ce n’est pas nécessaire, nos yeux perçoivent, notre cœur ressent, et notre esprit se promène, libre.
Voilà bien la meilleure approche de la méditation !

DSC00199

 

Que se passe-t-il dans ces jardins? Rien, ou peut-être tout: le vent balaye les frondaisons, un oiseau passe, une feuille tombe en virevoltant, l’ombre des rochers change d’intensité selon le passage des nuages…

On s’assoit, notre regard vagabonde et voilà, nous sommes Zen, nous aussi et méditons ces paroles rituelles:

Ici et maintenant

Chaque jour de la vie est un apprentissage,
Bien que l’échec soit possible.
Vivant chaque instant, l’égal de toute chose,
Prêt à tout.

Je suis vivant.
Je suis cet instant.
Mon avenir est ici et maintenant.

Car si je ne peux endurer ce jour, quand et où le pourrais-je?

L’influence de ces jardins uniques est considérable sur la notion d’esthétique nipponne depuis leur création,

DSCF2264

dans les estampes,

DSCF2262

mais aussi dans les représentations contemporaines.

DSCF2263   DSCF2265

 

NB:  n’oubliez pas que vous pouvez voir les photos en plein écran si vous « double-cliquez » dessus!

21 avril 2017
par admin
5 Commentaires

Sur les chemins du Kumano.

IMG_6455

Vers l’an mil cent, Prince Titounawa et Dame Fredikachi suivent l’engouement des empereurs et des aristocrates de leur époque et entreprennent le pèlerinage du Kumano, lieu majeur de la croyance  » Honji suijaku ».
Cette croyance, spécifique au Japon, fait converger le shintoïsme ( sorte d’animisme transcendé par des émanations divines appelées Kamis) et le Bouddhisme introduit au 9ème siècle dans le pays.

DSCF1651
Nos seigneurs entament donc leur longue marche de Kyoto vers le Sud puis emprunteront le sentier du Kumano qui traverse, d’Ouest en Est, les montagnes abruptes et les profondes forêts de la péninsule Kii.
Ils chemineront pieusement vers trois grands sanctuaires sacrés, appelés Kumano Sanzan.  DSCF1671   DSC00098
Tout le pèlerinage sera ponctué par des bains de purification dans les eaux des cascades et des rivières, par leurs dévotions devant des petits « autels » appelés Ojis et par leurs prières devant des stèles dédiées aux divinités ancestrales du Japon.

IMG_6484   DSCF1642  DSCF1636
Prince Titounawa et Dame Fredikachi n’oublieront pas de déposer de nombreuses offrandes, car selon leur profonde conviction, les Kamis shintos du Japon originel, présents dans les montagnes sacrées du Kumano, sont aussi des manifestations des divinités bouddhistes.

DSCF1661

Des dizaines de réincarnations plus tard, nous franchissons le plus ancien des Toris devant l’Oji Takijiri du Kumano qui marque notre entrée dans les Montagnes Sacrées: pays des dieux et des paradis célestes de réincarnations bouddhistes.

DSC00105
Tradition oblige, nous saluons par deux fois mains jointes puis tapons dans nos mains pour avertir les Kamis de notre présence au sanctuaire, et saluons une dernière fois profondément.

DSCF1584   DSC00066

Notre première étape est une ascension assez raide: la souffrance mènerait à l’Eveil mais point trop n’en faut tout de même !

DSCF1601   IMG_6472
Nous nous immergeons dans ces forêts de cyprès centenaires à l’atmosphère envoûtante.
Les toutes petites statues votives au détours du chemin sont émouvantes dans l’immense verticalité des arbres.

DSCF1622

Les petits papiers blancs autour des odjis nous y indiquent la forte présence des Kamis et ce pliage plissé du papier fait penser aux écorces des arbres alentour.

DSCF1669   DSC00101

Comment ne pas croire furtivement en la bienveillance des Kamis lorsque les jeunes feuilles des arbres ressemblent à un vol de papillon ?

DSC00081

Nous ne nous arrêtons pas dormir dans les maisons de thé d’antan mais dans des minshukus, sorte d’auberges, où nous délassons nos membres fourbus dans de très chauds Onsen.

IMG_6485

Au bout de trois jours de marche, nous atteignons le premier grand sanctuaire Hongu Taisha.

DSCF1679   DSCF1684

Nous sommes quelques peu submergés par l’ampleur du temple et nous mesurons ainsi l’impact de sérénité que nous avons vécu au cours de notre marche.

Nous atteindrons le deuxième haut lieux de pèlerinage par bateau traditionnel et à pied.

DSCF1720
Un étrange phénomène transformera Frédérique temporairement en Dame Fredikachi sur une volée de grandes marches pavées montant jusqu’au temple Nachisan Seiganto-ji du Kumano, encadrée par des cyprès datant de 800 ans,

DSCF1747

Ici, le spectacle de la Nature est grandiose.

DSC00125   DSCF1863

La ferveur des pèlerins nous incite à rédiger un souhait de protection pour nous tous.
Et ici entrera notre dernier tampon sur notre livret de pèlerinage improvisé .

DSC00096

Le Bouddhisme n’a jamais vraiment touché notre cœur, et la pratique mercantile s’y exerçant dans les temples nous en éloigne encore plus. En revanche, la sacralisation shintoïste de la Nature appelle en nous le respect et l’émerveillement et sublime cette randonnée sur le Kumano Kodo en une expérience profondément marquante !