CURIEUX DU MONDE

L'étranger est un ami que l'on n'a pas encore rencontré.

17 février 2018
par admin
1 Commentaire

Les Havelis du Shekawati

DSCF6025

Après une rapide course dans son village, notre riche négociant Lala est impatient de regagner sa belle haveli. Il attend depuis plusieurs jours le passage d’une caravane de la route de la soie. Il est fier de se rappeler que depuis quatre générations, sa famille d’origine marwari s’est implantée dans cette région du Shekhawati, et qu’en ce premier quart du 19ème siècle, ses affaires prospèrent plus que jamais.

Aussi, sa demeure doit elle être attractive pour les marchands et être une démonstration de sa réussite. Lala n’a pas hésité à solliciter des artisans réputés pour recouvrir entièrement ses façades avec des fresques en alternant de grands motifs avec des balcons et des loggias en pierre très finement ouvragés.

DSCF5990    DSCF5937

DSC02118

Comme toute haveli, son agencement interne respecte scrupuleusement les usages sociaux et les impératifs familiaux ainsi que la séparation hommes/femmes.

DSCF6010

Bien que la bâtisse soit massive, l’entrée est réduite à une solide porte tant pour la sécurité que pour la discrétion et ouvre sur une première cour bordée de deux salles dans laquelle Lala peut recevoir ses hôtes pour parler affaires et les loger éventuellement.

DSCF5994

Pour flatter sa clientèle la plus fortunée, Lala a aménagé un des salles avec une magnificence exceptionnelle : des scènes mythologiques sont surmontées par une frise de Krishna, divinité titulaire chez les Shekhavats, dansant avec ses gupis (ou groupies en terme moderne!) et le bleu caractéristique du visage de Krishna est illuminé par tout l’or des plafonds.

DSC02125   DSC02121   DSC02219

En revanche, les hôtes ne franchiront jamais la magnifique porte de teck de Birmanie, finement ciselée et protégée par Ganesh, gardien du seuil qui donne accès à la deuxième cour.

DSC02268   DSCF5972

Ceux sont ses quartiers privés et notre notable a tenu à y réaliser une décoration exquise. Il n’a pas résisté à la coquetterie de se faire peindre en train de peigner sa moustache.

DSC02326

Comme les femmes mariées ne pouvaient sortir de l’haveli, Lala faisait peindre des fresques relatant les événements contemporains.

DSC02221   DSC02216   DSC02327

Heureusement, qu’un moucharabieh discrètement placé, permettait tout de même aux femmes d’épier les visiteurs.

DSC02236

Dans cette seconde cour, la famille au sens large cohabite: la réserve d’eau dans les poteries et la cuisine sont partagées,

DSC02270   DSC02271

Les enfants jouent sur du sable au centre de la cour, une sorte de basilic sacré y est planté pour tous les protéger.

DSCF5974   DSC02225

Chacune des familles peut jouir d’un espace privé fermé .

DSCF5976

Lala s’est réservé une des chambres les plus grandes du premier étage, qui donne à la fois sur la cour intérieure et sur le toit. De son toit terrasse,

DSCF5982

il peut surveiller si tout se déroule bien dans son caravansérail, attenant à son haveli. Lala ne sait pas encore que les progrès techniques des transports vont supplanter les routes traditionnelles des caravanes chamelières et que le commerce va évoluer avec la présence des Britanniques et la concurrence de la Compagnie des Indes. Mais bon sang ne saurait mentir: les générations suivantes prendront d’assault le business de Bombay et de Calcutta, et fidèles à leur Shekhawati, elles continueront à embellir leur opulente demeure en se singularisant par des fresques étonnantes de la modernité du début du XXème siècle.

DSC02183   DSC02182

DSC02231

 

Aujourd’hui les havelis ne sont plus habitées que par des gardiens « d’époque »,

DSC02261

Elles sont noyées dans le tissu urbain,

DSCF5965   DSCF5954

Certaines ont même été transformées en école,

DSC02240

Alors que d’autres font l’objet de restaurations attentives.

DSC02322

11 février 2018
par admin
Commentaires fermés

Impressions Omanaises

DSC02035

Ce voyage nous a fait comprendre la position géostratégique de ce pays au cours de sa longue histoire maritime.

C’est le pays de la péninsule qui présente la plus longue façade côtière sur la mer d’Arabie, sans nécessité pour les bateaux de pénétrer dans la Mer Rouge pour atteindre l’Arabie Saoudite ou le Golfe Persique pour les Émirats.
Pendant des siècles, Oman a bénéficié de cette voie maritime directe entre l’Afrique, l’Inde et la Chine qui lui a permis de commercer autant avec des comptoirs en Afrique de l’Est et Zanzibar pour le trafic d’esclaves qu’avec l’Inde pour ses épices ou la Chine pour ses céramiques.

DSC02040   DSCF5655

Ces échanges marquent encore le pays culturellement dans son artisanat et sa cuisine.
Toutefois, l’impact sera infiniment plus significatif avec une arrivée massive de milliers de pakistanais, bengalis et indiens autour des années 1970.
A cette époque, le nouveau sultan décida à son arrivée au pouvoir de faire sortir son pays de son ère moyenâgeuse en utilisant la manne du pétrole. Il va mener une politique de développement intense: mise en place d’une infra structure routière surdimensionnée dans tout le pays, création d’écoles et d’hôpitaux, « pacification » du pays par la présence de nombreux postes de police qui ressemblent à des casernes militaires et édification de grandes mosquées.

DSC01980   DSC01979

Mais voilà: les Omanais d’il y a cinquante ans, sont des gardiens de chèvres ou des agriculteurs, et peu d’entre eux sont capables de soutenir ce développement radical.
Le Sultan va résoudre cet obstacle par ce flux massif de ressources humaines: les indiens pour la matière grise et les autres pour la main d’œuvre.
Ces étrangers n’auront jamais qu’un visa de travail, ne pourront pas accéder à la propriété ni à la nationalité et ne bénéficieront pas de la gratuité de l’éducation ni des soins médicaux.
En revanche, les Omanais, compétents ou pas, seront essentiellement employés dans les administrations et vivront de leurs rentes foncières puisqu’ils restent seuls propriétaires et que les étrangers sont dans l’obligation de louer.
Une discrimination claire, simple et sans ambiguïté . Tout ce qui s’affaire (commerçants, restaurateurs, manœuvres, ouvriers agricoles) est étranger.

Ce double système économique et social confère aux Omanais un éden fictif dont l’avenir à court terme semble condamné. En effet, leurs ressources pétrolières, qui déjà étaient initialement faibles en comparaison aux pays voisins, devraient s’épuiser à l’horizon d’une vingtaine d’années.

Comment ces privilégiés omanais vont prendre en main la situation?
Comment ces hyper infrastructures vont elles se rentabiliser, pourquoi poursuivre une viabilisation intensive du territoire et du désert avec un nombre de population insuffisante pour y habiter, quelles sont les raisons de ce maillage de gigantesques postes militaires déguisées en postes de police, quels vont être les schémas économiques post-Pétrole?…
Beaucoup de questions restent en suspens dont nous n’avons pas trouvé de réponses pour la plupart.
Certes, l’ambition d’établir un port d’envergure mondiale sur la mer d’Arabie est en cours de réalisation et concurrencera probablement sévèrement Dubai puisqu’Oman contrôle en partie le Détroit d’Ormuz à l’entrée du Golfe Persique.
Ce retour à la grandeur maritime du Sultanat va certainement booster l’économie tout comme l’accent mis sur le développement touristique ; cependant l’organisation Omanaise devra inexorablement s’adapter à cette ouverture sur le monde.

DSC01724

Quant à la question de la place de la femme omanaise, le sujet est plus que délicat.
Nos yeux d’Occidentaux se révoltent de voir ces femmes voilées de noir de pied en cap et, telles des « Fantômes Belphégors », suivre à deux ou trois leur fier mari, élégamment vêtu de sa longue robe blanche (dishdasha) immaculée et coiffé d’une kumma (toque blanche aux motifs pastels).

Deux origines identifiées à cette tenue complète du niqab: l’intransigeance religieuse wahhabite d’Arabie Saoudite qui s’est implantée dans une seule région particulière d’Oman et la longue tradition bédouine qui veut protéger leurs femmes des rapts des clans ennemis. Les bédouines portent systématiquement leur masque et toute présence étrangère même féminine leur semblent hostile.

DSC01652

Il n’en reste pas moins que presque toutes les femmes portent à l’extérieur de leur maison une abaya noire (ample robe qui traîne sur le sol pour cacher aussi les pieds) ainsi qu’un voile qui dissimulera tout ou partie du visage.

Un Imam fort distingué ( éduqué en Angleterre et expatrié quelques années à l’étranger) m’expliquera avec un prosélytisme discret que la religion ibadite pratiquée à Oman est très tolérante – ce qui est relativement vrai- . Avec quelques pertinents versets du Coran, il justifiera l’importance pour tout croyant de porter une tenue humble, et combien la femme ainsi vêtue est libérée de la séduction qu’elle pourrait involontairement exercer sur les hommes. Ainsi la personnalité de la femme omanaise peut pleinement s’exprimer sans aucune interférence.

Quel parfait sophisme!

Empêcher la femme d’avoir un quelconque droit à être physiquement identifiée et reconnue dans ses relations sociales avec l’extérieur équivaut à en faire une non-personne.
La femme ne s’appartient pas.
D’ailleurs l’enjeu économique n’est pas neutre puisque ce sont les hommes qui versent de l’argent à la future épouse et à sa famille pour le mariage. La future épouse investit cet argent dans des bijoux en or qui pourront la faire survivre si elle est répudiée.
Il ne s’agit donc pas pour le mari de se faire déposséder de son bien et tel un trésor il faut le cacher. Pour information, le cours de la femme dans les montagnes Hadjar est de 5 000€ et plus de 10 000 pour une femme de la ville.

Après cette déprimante nouvelle, j’ai pu lire un magazine édité par la Chambre de Commerce de Muscat, vantant le dynamisme de l’entreprenariat féminin. Même si les articles étaient bien trop élogieux, ils me réconfortaient dans l’espoir que la situation évoluait: la femme omanaise peut quand même travailler, conduire, être même militaire.
Cette pseudo félicité s’interrompit net lorsqu’une longue conclusion de la revue encensa la femme-mère sans laquelle aucune réussite pour l’homme omanais et du pays lui-même ne peut s’envisager sans son dévouement entier et total à la famille.

DSC01727

Que penser? La libération de la femme omanaise sera-t-elle ou ne sera-t-elle pas?

8 février 2018
par admin
1 Commentaire

L’attrait des sables.

DSCF5614a

Oman est un grand désert minéral, parsemé de wadis et de palmeraies au gré des points d’eau, avec de grandes chaînes de montagne, mais aussi de vastes zones de dunes.

Certaines sont éblouissantes de blancheur et roulent jusqu’à l’océan.

DSC01940   DSCF5608a

DSC01941

D’autres plus ocres lèchent les rochers,

DSCF5639   DSCF5645

Certaines enfin comme le désert de Wahiba, s’étendent à perte de vue,

B21AF82B-C24B-4AEE-8093-099D26D04277

Et motivent un croquis impromptu.

83F8FAA6-FC14-487E-BC73-3F5A5E5443D5

Nous y dormons dans un camp isolé,

2DE28273-1710-4621-9355-946AB66BB891  2A62A945-A15D-422C-8737-0C5CB941DB04

Opportunité de rencontres rapprochées avec les seigneurs des lieux!

DSC02004   DSCF5786

8 février 2018
par admin
Commentaires fermés

Les Forts d’Oman

DSCF5747   DSCF5506

Pour protéger celle que l’on appelait l’Arabie Heureuse, les fiers seigneurs Omanais érigèrent de nombreux forts de défense et tours de guets en bord de mer, en plaine et sur les éperons rocheux des monts Hadjar.

DSC01713   DSC01706

Tels des châteaux de sable,

DSCF5745   DSC01772
les forts de couleur ocre clair aux enduits de grains fins se dressent massifs et majestueux au milieu de l’aridité du paysage.

DSCF5740   DSCF5744
Mais, oh magie!  Ces gardiens de paix sont entourés de gigantesques palmeraies grâce à la présence silencieuse et cachée de l’eau.

DSC01854
Cette source de survie est acheminée des montagnes par des canaux d’irrigation appelés falajs ou puisée dans les nappes phréatiques; cette exceptionnelle maîtrise de l’eau leur permettait de creuser des puits dans les enceintes des forts , ou d’amener les falajs à l’intérieur des cours des châteaux.

DSC01860   DSC01495
L’organisation de ces forts suit un modèle général de défense: grandes portes solides , accès en chicane, plateforme de garnison et donjon.

DSC01888   DSC01745  DSCF5508
L’aspect oriental est ici souligné par des pièces fraîches, délicieusement ventilées, confortablement parées de large tapis au sol et de coussins aux formes géométriques le long des murs.

DSC01877   DSC01845   DSC01834

Des salles dédiées aux femmes, aux ablutions, aux réserves de dattes, des salons quelques fois décorés par des poutres peintes à l’indigo, avec l’œil de Dieu que l’on retrouve comme motif sur les poutres des plafonds comme dans les grands tapis.

DSC01487   DSC01828

DSC01849   DSC01852
Un art de vivre sobre et élégant dans une détermination de défense vis à vis des convoitises que le Sultanat d’Oman suscitait.

29 janvier 2018
par admin
Commentaires fermés

Randos dans les wadis.

4944AC27-3C6E-4A30-913E-80990D273A4E

Les reliefs montagneux de Oman, culminant aux environs de 3000m sont sillonnés de gorges ou wadis qui incitent à la randonnée.

On approche certains par le haut avec des vues plongeantes vertigineuses,

DSC01802   DSC01518

Découvrant d’antiques villages blottis en leur fond.

DSC01804

Vite, une pause croquis:

FC570EFC-5482-4782-9748-1CE980C18057

Et voilà!

0CEB4EF1-E168-4F00-A569-9AFCBCDEE022

D’autres wadis s’apprivoisent par le bas, notamment en remontant les traditionnels Falajs: canaux d’irrigation qui conduisent l’eau des sources lointaines jusqu’aux habitations et aux jardins.

DSC01560

Les chèvres, pas farouches et chapardeuses, nous accompagnent,

DSC01556   DSC01510

Nous grimpons en équilibristes sur ce mini aqueduc,

DSC01540   DSC01554

Et bientôt, telles des perles du désert, nous découvrons de belles vasques profondes propices à la baignade!

5FAAACC9-7E24-4D02-BF84-213086E4567E   DSC01535   DSC01534

30987051-CFAC-4270-8EB6-46A65004F3D7   6A41AD29-F095-484B-AE30-20A63E23FF30

D’autres randos sont beaucoup plus tranquilles vers de beaux villages nichés au cœur de leur palmeraie,

50791CB9-F7C8-43B2-B583-442462391A52   7C20CAFB-EC0F-46EF-8193-1685907A66D8

 

 

DSCF5557   DSCF5564

Avec parfois un chaleureux accueil traditionnel omanais: café parfumé au cardamome et dattes locales irrésistibles!

E836EAA3-D7A4-46A3-A19C-AB738BD4E962

 

PS: n’oubliez pas de cliquer sur les photos si vous souhaitez les voir en grand!

24 janvier 2018
par admin
2 Commentaires

Sereine nonchalance à Mascate.

CC38D789-798D-4396-A95C-736FB7DEA489

Mascate, la capitale du Sultanat d’Oman, est depuis toujours une anse magnifiquement protégée, à la pointe de la péninsule d’Arabie, face à la Perse et sur la route des Indes et de la Chine.

DSC01427   DSC01472

On se sent rapidement bien sur le bord de mer, pris par la nonchalance de cette fin d’après-midi.

DSC01400

Mais, après la sieste vient le temps de rejoindre les souks!

DSC01409   DSC01414

DSC01450   DSC01410

Le commerce de l’or est florissant, certaine touriste évalue les possibilités,

DSC01441

Mais l’essentiel est constitué par les achats d’or réalisés par les jeunes mariées avec l’argent de leur dot, sous l’omniprésent patronage du Sultan Qaboos le Bien heureux!

DSC01435   DSC01467

Le Sultan Qaboos guide le développement d’Oman depuis 1970 et , sans être en capacité de juger pleinement , nous constatons les bienfaits d’un développement maitrisé des infrastructures comme le nouveau marché au poissons, alliant hygiène et traditions pour offrir, entre autres,  des thons exceptionnels!

DSCF5493   DSCF5502

La mosquée Al Qaboos est une autre réussite mariant modernité et religion.

DSCF5435   DSCF5459

DSCF5482   DSCF5465

L’Islam pratiqué ici nous semble tolérant et ouvert: un exemple dans la région!

DSCF5479

1 novembre 2017
par admin
Commentaires fermés

Randos en Californie

DSCF3974

Vers le Golden Gate bridge par le sentier côtier.

DSCF3988  DSCF3978

DSCF3984  DSCF3983

Autour de Lake Tahoe.

DSCF4022  DSCF4037

DSCF4032  DSCF4022

DSCF4042

Parc de Yosemite (avec feux de forêt…).

DSCF4398  DSCF4473

DSCF4477  DSCF4442

DSCF4451  DSCF4438

DSCF4498  DSCF4429

DSCF4508  DSCF4510